9 mai 2017

D'un pont à l'autre


Le métro aérien à Stalingrad offre toutes les possibilités de se confronter à la perspective. Cerise sur le gâteau, ça grouille de gens ! Exercice difficile mais je ne pensais pas m'en sortir aussi bien ! Qu'es-ce que je dis pour que la structure complexe soit intelligible ? Par où ça tourne, par où ça s'incline ? Qu'est-ce qui est dans l'ombre, bref un vrai défi.

Sketchers sketchés.

Du quai de la Loire, vu sur la ligne de métro. Plus simple car plus loin. Le platane m'a fait de l'œil et j'ai commencé par là.

Quai de la Loire. Un brin de causette avec Fakhr Dine, fumant son narguilé au soleil.

Un parfum de printemps. Des gamins sont même venus nager dans le canal.

Cap à l'Ouest vers Bir Hakeim et son pont métallique. Ici, j'ai essayé de mettre en application les bons préceptes de Marion... Pinceau d'abord... puis réhauts de plume sur les avant-plans... on ne se refait pas !



Sur les piles du pont, des sculptures de la France au travail par Gustave Michel, sculpteur oublié de nos jours mais très renommé à son époque. Pas facile de capter le mouvements de ces forgerons : torsions, raccourcis, élongations, bref, un travail sur les attitudes pour rendre la puissance qui m'a semblé ardu. Et en plus la lumière ! J'y retournerai.

Et sous les ponts, il y avait Roxana, jeune migrante syrienne venue mendier quelques sous et repartie avec 6 portraits !